Accueil

Association Clavecin en France

le site de l'association "Clavecin en France"


    Vous êtes ici : Accueil > Facture > Le Clavicorde II par Etienne Baillot

Le Clavicorde II par Etienne Baillot

Petit mode d’emploi raisonné, par Etienne Baillot

Remerciements aux auteurs et à la Société de musique ancienne de Nice pour l’autorisation de publier cet article paru dans "Cahiers de la Société de musique ancienne de Nice" n°4, 1992, "le clavier,technique, facture, interprétation".

 II : PETIT MODE D’EMPLOI RAISONNÉ

On considérera ici la technique du jeu de l’instrument, telle
qu’elle est décrite dans les traités et à la
lumière de l’expérience pratique, mais aussi
l’utilisation du clavicorde en diverses situations, ainsi que son
ré­pertoire, spécifique ou non.

Sources de joies musicales sans équivalent parmi tous les
instru­ments à clavier, l’extrême simplicité
de la mécanique du clavicorde - réduite à un
levier - et le contact quasiment direct du doigt avec la corde
exigent, et imposent d’eux-mêmes en retour, une technique de
jeu particulièrement soignée et bien adaptée.

Plusieurs nécessités déterminent cette technique
 : la maîtrise des ni­veaux dynamiques, le contrôle de
la justesse et du timbre, le soutien du son au delà de
l’attaque, avec le danger toujours présent de “fausse
at­taque”, sorte de ricochet de la tangente contre la corde,
provenant d’un doigt mal assuré et qui produit un son zingué,
avorté. Ce risque, lié en bonne part aux proportions de
la balance, augmente quand le doigt se rapproche de l’axe de la
touche et interdit tout geste brutal, sec, ou in­certain
 [1]
.
Le faible enfoncement et la relative légèreté du
clavier rendent en outre celui-ci peu sécurisant. Les notions
de masse, de vitesse, hau­teur, angle, et force du geste
 [2]
requièrent ainsi l’attention la plus scrupu­leuse.

On trouvera les sources les plus complètes sur le sujet,
souvent con­cordantes, chez Santa Maria (1565) et C.P.E. Bach
(1753-1787)
 [3]
.
La description donnée en 1802 par J.N. Forkel du jeu de J.S.
Bach, quelle ­que soit la fiabilité de son témoignage,
constitue également une remar­quable étude de ce
que peut être une bonne approche du clavier du clavicorde.
D’autres renseignements ou recommandations sont à glaner
encore chez Ammerbach (Orgel und Instrument Tabulatur,
Leipzig, 1571), J. Bermudo (1565), F.W. Marpurg (1756), F. Rigler
(1779), D.G. Turk (1789) et bien d’autres certainement.

Voici quelques uns des aspects essentiels de cette technique :

Le clavicorde possède par ailleurs, outre ses facultés
de gradation dynamique, deux ressources qui n’appartiennent qu’à
lui : le Bebung et le portato. Celles-ci ne sont guère
décrites avant le milieu du XVIIIe siècle,
au moment de l’émancipation de l’instrument.

Le Bebung, ou balancement, n’est autre qu’un vibrato.
C’est une imitation du tremblant de l’orgue
 [12]
.
Une note longue qui doit s’exprimer tendrement se fait avec un
balancement, qui s’obtient en balan­çant le doigt tout en
le laissant sur la touche (...) Il vaut mieux ne commencer le
balancement qu’au milieu de la durée de la note

 [13]
.
On utilise le
Bebung sur les notes longues seulement, avec bon
effet, surtout dans les pièces de caractère
mélancolique (...) Il n’est réalisable que sur un très
bon clavicorde (...) Il ne faut pas en abuser ni l’exagérer

 [14]
.

Le Bebung se note
. Pour Rigler
 [15]
,
la fréquence de l’oscillation :
doit suivre très précisément le nombre de
points, sans qu’on répète la frappe

 [16]
.

Marpurg ajoute que :
sur une tenue longue il faut précéder le balancement
d’une
messa di voce, qui consiste à toucher d’abord la
note très faiblement, à en renforcer peu à peu
le ton, et à le radoucir ensuite de la même manière.
Mais pour l’exécution de la
messa di voce, il ne faut
pas moins d’usage que pour l’exécution du balancement.

Notons qu’en plus de son intérêt expressif, le
balancement a la vertu de relancer un son en voie
d’extinction. Il peut en outre avantageuse­ment remplacer un
ornement battu de type tremblement (Triller) ou pincé
(Mordent)
dans des pièces tendres, quand l’effet de
percussion répétée risque de déranger.

Le portato (Trägen der Töne), noté
ainsi :

 [17]
, demande qu’on
soutienne également les notes jusqu’à leur valeur
expirée, en y appuyant un peu.

Il se réalise par un toucher très lié
avec une pression additionnelle après l’attaque
 [18]

dans la limite de la justesse. Sa principale différence avec
le Bebung est bien sûr qu’il concerne plusieurs notes.

Mentionnons encore pour mémoire les problèmes propres
aux clavicordes liés :

On aura compris que, si la technique de jeu du clavicorde
 [19]
com­prend des particularités qui lui sont propres, elle
englobe des attitudes qui sont la base même de toute bonne
technique d’orgue ou de clave­cin, mais avec un degré
d’exigence singulièrement élevé. Si par exemple
un défaut de tenue de main entraîne ailleurs une
certaine im­précision rythmique, il se traduit ici
instantanément par de fausses at­taques rédhibitoires
et de graves distorsions de la dynamique ou de la justesse. On
entrevoit alors toutes les vertus pédagogiques, voire
thérapeutiques, de l’instrument
 [20]
.

Durant toute son histoire, il est en effet très souvent
valorisé comme instrument d’enseignement et d’étude.
Avec des justifications diverses.

Avant lui, Conrad de Saverne (1465) ou Virdung (1511) en par­laient
déjà de la même façon ; et en 1752, Quantz
mentionne encore le monocorde pour le même usage
 [22]
.
Mais principalement comme instrument d’initiation ou d’étude
pour les clavecinistes, et surtout pour les organistes

 [23]
.

Ce destin d’instrument d’étude pour les organistes est
confirmé par des traces nombreuses de clavicordes munis de
pédaliers d’orgue
 [36]
,
pé­dales en tirasse, ou indépendantes avec une
deuxième caisse. On en trouve mention dès le XVe
siècle :
Avec son pédalier, [le clavicorde] permet une excellente
introduction à l’étude de l’orgue et autres [claviers],
de sorte que celui qui est bien exercé à cet instrument
domine la technique de l’autre. C’est de plus, en soi, un véri­table
instrument de musique

 [37]
.

Virdung (1511), Douwes (1699), et surtout Adlung
 [38]
(1768) en par­lent avec force détails. J. C. Kittel,
disciple de J.S. Bach,
considérait l’étude du clavicorde à pédales
comme de grande importance, et permettait à ses élèves
d’étudier sur un clavicorde à deux claviers [et
péda­lier] qu’il avait chez lui

 [39]
.

J.S. Bach lui-même possédait très
vraisemblablement un tel instru­ment (les 3 Klaviere nebst
Pedal
qu’il lègue à son fils Johann Chris­tian
 [40]
).
De nos jours, le musée instrumental de l’université de
Leipzig en conserve un, construit par Johann Gestenberg en 1760. Il
s’agit de trois clavicordes superposés, deux "normaux"
pour les manuels et un grand en seize pieds

(2 x 16’ + 2 x 8’, non dissociables) pour la pédale
 [41]
.
On peut en voir encore deux autres exemplaires, à un seul
manuel, à Munich et à Eisenach.

Ces doubles et triples clavicordes semblent avoir été
fort communs en Allemagne et aux Pays-Bas
 [FONT SIZE=2]
,
ce qui n’est pas étonnant dans le contexte organistique de ces
pays.

Que les organistes aient trouvé dans le clavicorde, avec ou
sans pé­dale, un substitut commode, efficace
 [42]
et économique pour s’exercer chez eux, au chaud, et sans
souffleur, ne surprend guère.


Mais c’est heureusement aussi un instrument de plaisir, de musique !
On l’apprécie pour son caractère intime :
Ceux qui veulent en secret avoir un passe-temps honneste, ou qui
se plai­sent à une douce harmonie et à des sons qui
n’esclattent pas avec trop de vé­hémence,
trouveront au manichordion de quoi se contenter

 [FONT SIZE=2]
.

Son nom apparaît précocement à côté
de ceux du clavecin, de l’épinette ou de l’orgue dans des
pages de titre : Tabulature pour le ieu d’orgues espinetes et
manicordions sur le plainchant...
etc. (P. Attaignant, 1531) ou
Intabulatura nova di varie sorte de Balli da sonare per
arpichordi, clavicembali, spinette, et manichordi
(Gardane,
Ve­nise, 1551).

Et il est bien évidemment concerné par toutes les
musiques écrites per ogni sorte di strumenti a tasti, para
tecla

 [FONT SIZE=2]
,
for the virginal, fiir das Klavier
, etc., aux XVIe et
XVIIe siècles.

Si son usage semble décliner en France et en Angleterre dès
le XVIIe siècle, c’est en Allemagne qu’il profite
le plus longtemps d’un répertoire plus ou moins
indifférencié. On peut citer au hasard les six
Musicalischen Partien de J. Krieger (1697), dédiées :
À tous les amateurs de clavier, pour l’épinette ou
le
clavicordio
 [43]
 ;

ou la Clavier Übung de G.A. Sorge (vers 1739), consistant
en vingt-quatre Préludes :

qui se laissent entendre avec autant de plaisir sur l’orgue que
sur le clave­cin et le
clavicordio
 [44]

 ;

ou encore le Versuch in figurierten Choräle de F.W.
Marpurg, pour l’orgue comme pour le clavichord
 [45]
.

Puis la concurrence avec le piano-forte apparaît
progressivement. Dans un exemplaire daté de 1773 (Riga), une
sonate per il clavicembalo de J. G. Eckard porte un
avertissement révélateur :
J’ai tâché de rendre cet ouvrage d’une utilité
commune au clavecin, au cla­vicorde, et au forte-piano. C’est
pour cette raison que je me suis cru obligé de marquer aussi
souvent les Doux et les Forts, ce qui eût été
inutile si je n’avais eu que le clavecin en vue

 [46]
.

E.W. Wolf publie en 1793 Trois sonates pour le Clavichord ou
Forte-piano

 [47]
.

On se réjouit également de connaître ce que
Mozart, qui a possédé des clavicordes toute sa vie,
pouvait bien y jouer :
Un petit clavicorde fut apporté : j’improvisai et jouai une
sonate et encore les Variations Fischer

 [FONT SIZE=2]
.
Son clavicorde était excellent. J’improvisai et jouai les
sonates en sib et ré

 [48]
.

Mozart se servit d’un clavicorde
pendant qu’il composait la Flûte enchantée, la
Clémence de Titus, le Re­quiem, et une
nouvelle cantate maçonnique

 [49]
.

C.P.E. Bach suggère par ailleurs un autre usage possible de
l’instru­ment, la transcription, quand il demande que celui-ci
ait :
Une étendue qui aille au moins du do grave au mi
de la cinquième octave. Ce
mi est nécessaire
pour que l’on puisse à l’occasion essayer des pièces
écrites pour d’autres instruments
.

Malgré la discrétion de sa sonorité, il est
encore parfois envisagé pour le continuo :
Le piano-forte et le clavicorde fournissent le meilleur
accompagnement dans les exécutions qui requièrent le
goût le plus élégant. Certains chanteurs
toutefois préfèrent le soutien du clavicorde ou du
clavecin à celui du piano-forte

 [50]
.

Certains titres y font allusion : Kleine
Cammer-Music für flauto traverso, Hautbois, violine, et
clavicordium
(Telemann) ; Kleine Lieder mit leichten Melodien
für Kinder und Anhängen auf dem Clavichord
(Forkel,
1790) ; Hymne von Kosegarten für eine Singstimme mit
Begleitung des Klavichords
(E. B. Heyden, 1800), etc...

 [51]

L’iconographie de différentes époques montre
ainsi diverses formations instrumentales et vocales où entre
un clavicorde. Selon nous, les plus crédibles sont celles qui
l’associent à un luth ou à un traverso
 [52]
.

Enfin l’existence de nombreux clavicordes de petites dimensions,
liés, d’étendue C-c’" à C-f",
fabriqués jusqu’à une date très tardive, semble
indiquer qu’ils étaient particulièrement prisés
comme instru­ments de voyage. On en conserve de nos jours qui ont
ou auraient ap­partenu à Mozart
 [53]
,
Beethoven
 [54]
,
ou Grétry
 [55]
.

Mais, à côté de cette longue carrière
d’instrument d’appoint, ce n’est guère qu’au XVIIIe
siècle qu’apparaît une véritable reconnaissance
du caractère expressif propre au clavicorde : le jeu
cantabile, et la possi­bilité de gradations
dynamiques.

Le tournant est amorcé dès 1713, quand Mattheson
déclare celui-ci :
aimé par-dessus tous les instruments à clavier,
[et] supérieur pour l’exécution des ouvertures,
sonates, toccates, suites, [parce qu’il] permet un jeu dans le style
du chant

 [56]
.

Vers 1740-1750
 [57]
,
l’émancipation est consommée. À l’époque
où les Français s’engagent dans l’impasse des
"perfectionnements" du clave­cin
 [58]
,
les Allemands, avec les premières percées des
mouvements dits Empfidsamkeit et Sturm und Drang, se
tournent résolument vers le clavicorde et le nouveau
piano-forte. Et le répertoire spécifique du clavicorde
sera exclusivement germanique, concentré dans la période
1750-1800.

Plusieurs auteurs se prendront d’une passion enflammée pour
l’ins­trument, comme Schubart (en 1786) :
C’est là que vous trouverez la table d’harmonie de votre
cœur. La douce mélancolie, l’amour languissant, la
douleur de la séparation, la communica­tion de l’âme
avec Dieu, les sombres présages, les entrevues du Paradis à
tra­vers un soudain déchirement des nuages, les doux
afflux de larmes, [cela se trouve contenu dans] ces cordes
somptueuses et ces touches caressantes

 [59]
.

Tout un programme !

L’œuvre de Carl Philipp Emanuel est bien sûr au centre de
ce réper­toire, avec de nombreuses références
explicites au clavicorde, tant dans le Versuch... que dans des
pièces comme 1’ Abschied von meinem Silbermannschen Clavier
in einem Rondo
, diverses sonates et fantai­sies
 [60]
,
où apparaissent des indications de Bebung. Burney et
Reichardt
 [61]
ont par ailleurs laissé d’impressionnants témoignages
de sa maîtrise de l’instrument, de la manière dont,
toujours dans un tempo lent
il pouvait soutenir un son d’une durée de six croches avec
tous les degrés de
puissance et de douceur [en plus de]
la délicatesse, [de ] la précision, [de] l’esprit, et
[de] la plus touchante expression
cantabile de son jeu (...)
Quand survenait une longue note dans les mouvements lents et
pathétiques, il par­venait littéralement à
lui arracher un cri de plainte et de désolation.

Selon Forkel, Wilhelm Friedemann Bach fut lui aussi un grand maî­tre
du clavicorde
 [62]
.

D’autres auteurs encore, moindres, ont laissé de la musique
destinée en propre à l’instrument. L’ambiguïté
du terme allemand Clavier gêne souvent la lecture des
titres, mais la présence de signes de Bebung dans le
texte est alors probante. C. Auerbach et E.M. Ripin citent un certain
nombre d’œuvres de Fr.G. Fleischer, J.W. Hässler, J.G.
Müthel, Ch.G. Neefe, E.W. Wolf, D.G. Türk, H.S. Sander, S.
Gressler, J.G. Eckard, Gruner, Bernhard, J.N. Forkel, Fr.W. Rust.
D’un intérêt un peu anecdotique, la Sonata per il
clavicordio all Imitazione de’ Timpani, del Salterio e del
Liuto

 [63]
de ce dernier (1792) contient la description de quelques effets
spéciaux : timbales, en frappant sur la garniture de
drap ; psaltérion, en grattant les cordes d’une main
pen­dant que l’autre tient un accord au clavier, ou la même
chose en pizzicati ; luth ou sons harmoniques,
en effleurant la corde à la moitié de sa longueur ; ou
encore la relance d’un son tenu en frappant de l’autre main le doigt
qui tient la note, etc..

Pour revenir à Bach, seul le témoignage indirect
 [64]
de Forkel, bien connu, fait foi de son intérêt pour le
clavicorde. Mais d’autres indices portent à la réflexion
 : la très grande diffusion de l’instrument dans son
environnement culturel ; la présence permanente d’élèves
dans sa maison
 [65]
 ;
la mention portée dans la page de titre des Inventions et
Sym­phonies
, proposées
par dessus tout pour parfaire une manière cantabile
de jouer

 [66]
.

Ou encore la présence dans nombre de copies anciennes de la
Fan­taisie chromatique (BWV 903) d’indications de
dynamique qui échap­pent à une opposition
solo-accompagnement ou solo-tutti
 [67]
 ; l’autogra­phe en est perdu, mais l’œuvre, une des plus
fantasques de Bach, est d’une écriture magnifiquement adaptée
aux ressources du clavicorde, et semble avoir beaucoup circulé
dès le XVIIIe siècle...

Au début du XIXe siècle, le déclin du
clavicorde en faveur du piano-forte pourrait bien avoir connu des
raisons moins musicales que sociales : les concerts, dans des salles
de plus en plus grandes, et la mode... Mais son usage domestique
semble s’être maintenu encore un certain temps.

Car c’est bien là son cadre naturel : compagnon et confident,
ins­trument de l’intimité, qu’on joue pour soi ou pour
quelques amis, sa vo­cation n’est pas le récital. Personne
n’a jamais du reste fait carrière dans le clavicorde,
le mot clavicordiste n’existe même pas.

Mais trouvez une chambre calme, pas trop vaste, attendez la nuit et
son profond silence, et alors le murmure de cet instrument lunaire,
noc­turne, peut réellement devenir grandiose.

Vous avez dit instrument ancien ?

Celui qui jouera ce clavicorde n’apprendra pas peu…

Etienne BAILLOT

  III : BIBLIOGRAPHIE

Jacob Adlung,
Musica Mechanica Organœdi, 1768.
Réédition
Barenreiter, 1961.

Cornelia Auerbach, Die
deutsche clavichordkunst des XVIII Jahrhunderts
, Leipzig, 1930.

Carl Philipp
Emanuel Bach, Versuch
über die wahre Art das clavier zu spielen
I753-1787.
Traduction
anglaise
(complète) par W.J.Mitchell, Essay on the True art...,
Norton, 1949.
Traduction française (première

partie) par D. Collins, Essai
sur la vraie manière
..., Lattès, 1979.

Juan Bermudo,
Declaracion de Instrumentos musicales, 1555, Alcala.

Antonio (et Hernando) De

Cabezon, Obras de
Musica para Tecla, Harpa, y Vihuela
, Madrid, 1578, (Préface).
Réédition Anglès, Barcelona, 1966.

John Caldwell, English
Keyboard music before the XIXe century
, Dover, 1973.

Conrad de Saverne,
Opusculum de Monochordo (entre 1462 et 1474), et Novellus
musica artis tractatus
(entre 1460 et 1470) publiés
dans Die Musiktraktate Conrads von Zabern,

K.W. Gumpel, Mayence,
1956.

Francisco Correa de Arauxo,
Facultad organica, 1626, Réédition Kastner.

Klaas Douwes, Grondig
ondezœk van de toonen der Muzyk
, 1699.

John Nikolaus Forkel,

"Sur la vie, l’art et les oeuvres de J.S. Bach",
1802, dans Bach en son temps, Gilles Cantagrel,
Hachette, 1982.

Arend Jan Gervield, The
Harpsichord and Clavichord in the Dutch Republic
, VNM, Utrecht,
1981.

Jacques Handschin, "Das
Pedalklavier", dans Zeitschrift für Musikwissenschaft,
Leipzig, sept-oct 1935.

Hubert Henkel,
Clavichorde, Musikinstrumenten-Museum, Leipzig, Katalog,
Band 4, 1981.

Franck Hubbard, Le
clavecin, trois siècles de facture
(trad. H. Bédard
et F. Bastet), J. Laget, L.AM.E., Nogent-le-Roi, 1981.

Suzan Jeans,
"The PedalCIavichord and other Practise Instruments of
organists", dans Proceedings of the
Musical
Association
, 1950-1951.

Knud Kaufmann, La
facture de clavecin du XVe au XVIIIe siècle
,
Louvain-la-Neuve, 1980.

F.W. Marpurg, Principes
du clavecin,
Berlin, 1756, réédition Minkorf.

Richard Maundner,
"Mozart’s keyboards instruments", dans Early
Music
, mai 1992.

Joris Potvlieghe, "Het
PedaaIKIavichord" dans Het Klavicord, Ninove (B), avril
1989.

Michaël Praetorius,
Syntagma Musicum (vol II : de Organographia, 1619),
réédition Bärenreiter.

J. J. Quantz,
Essai d’une méthode pour apprendre à jouer de
la flûte traverslère
, Berlin, 1752, réédition
Zurfluh, 1975.

Frantz Rigler, Anleitung
zum clavier
, Wien, 1779.

Edwin M. Ripin, article
"Clavichord", The New Grove Dlctionnary.

Raymond Russel, The
Harpsichord and Clavichord
, Faber and Faber, London, deuxième
édition., 1973.

Fray Tomas de Santa María,
Arte de Tañer
Fantasia
, 1565, réédition Minkoff.

Pierre Trichet, Traité
des instruments de musique
, (vers 1640), réédition
Minkoff.

Richard Troeger,
Technique and Interpretation on the Harpsichord and
Clavichord
, Indiana University
Press,
1987.

Daniel Gottlob Türk,
Clavierschule, 1789, réédition Bärenreiter

Sebastian Vlrdung,
Musica Getutscht,
1511,
traduit et commenté par Christian MEYER, éd. CNRS,
1980.

Johann Gottfried Walther,
Musicalisches Lexicon, Leipzig, 1732, réédition
Bärenreiter.



[1Il augmente aussi aux deux extrémités du clavier,
basse et aiguë, pour les notes qu’on joue souvent de plus
avec le moins stable des doigts : le cinquième !

[2Si bien étudiées par H. Neuhaus, L’Art du
piano
, Van de Velde, 1971.

[3Pour tous les auteurs cités, voir Bibliographie.

[4Santa Maria, Arte de tañer Fantasia, 1565.

[5
C.P.E. Bach, Versuch über die wahre Art das Clavier zu
spielen,
1753-1787.
Trad.fr., Paris, 1979.

[6John Nikolaus Forkel, « Sur la vie, l’art et les
œuvres de J.S. Bach »,1802, dans Bach en son
temps
, Gilles Cantagrel, Hachette, 1982.

[7
Santa Maria, op. cit..

[8
Forkel, op.cit..

[9J.P.Milchmeyer (1797) fustige cependant l’abus d’une
telle possibilité : « la recherche d’un
jeu expressif au clavicorde entraîne une contorsion sans fin
des doigts » (cité par Richard Trœger,
Technique and Interpretation on the Harpsichord and Clavichord ,
Indiana University Press, 1987).

[10
Forkel, op.cit..

[11
C.P.E. Bach, op.cit..

[12F.W. Marpurg, Principes du clavecin, Berlin, 1756, réédition
Minkoff.

[13
C.P.E. Bach, op.cit..

[14
Daniel Gottlob Türk, Clavierschule, 1789, réédition
Bärenreiter.

[15
Cité par Cornelia Auerbach, Die deutsche Clavichordkunst
des XVIII Jahrhunderts,
Leipzig, 1930.

[16Dans la pratique, il est clair que son exécution peut bien
souvent être plus libre.

[17Türk l’indique également par la mention Appoggiato

[18
Türk, op.cit..

[19Sur ce sujet, on trouvera d’autres développements chez
Trœger, op.cit..

[20Vœu pieu : ces vertus sont toujours complètement
d’actualité. Ne devrait-il pas exister comme au CNSM de
Lyon, au moins un clavicorde dans chaque conservatoire ou école
de musique ?

[21Juan Bermudo, Declaración de instrumentos musicales,
1555, Alcala. Par monacordio, Bermudo entend aussi bien
l’instrument à une corde (monocorde) que celui à
plusieurs (clavicorde).

[22J.J. Quantz, Essai d’une méthode…,
Berlin, 1752, réédition Zurfluh, 1975, p. 247.

[23Qui le plus souvent étaient les mêmes. !…

[24
John Caldwell, English keyboard music before the XIXth century,
Dover, 1973, p. 17.

[25Sebastian Virdung, Musica Gesuscht, 1511, dans une adaptation
Française citée par Ch. Meyer.

[26M. Praetorius,Syntagma Musicum, vol II : de
Organographia
, chap. 36, 1619, rééd. Bärenreiter.

[27Dans le même ordre d’idées : « Le
clavicorde est particulièrement en usage dans les couvents de
religieuses où on s’en sert par préférence
pour apprendre à jouer du clavessin dans la crainte de
troubler le silence du dortoir », Encyclopédie,
1765, citée par W. Thœme, Colloques du CNRS,
1979, n°537.

[28Inventaires réunis par P. Hardouin, in Le clavecin, trois
siècles de facture,
Franck Hubbard, 1981.

[29« Un manicordion, un autre manicordion double ».
A pédales ? Voir plus loin.

[30« Un manicordion de cent cordes sans rencontre à
l’unisson, monté de cordes jaunes ». Donc un
instrument non lié, étendue CD-d’’’,
probablement.

[31
Cité par Raymond Russel, The Harpsichord and
Clavicord,
Faber and Faber, London, 1973.

[32Cité par Auerbach, op.cit..

[33Marpurg, op.cit.., p. 2.

[34Il ajoute cependant qu’on ne doit pas jouer que le
clavicorde, « sous peine de perdre la force qu’on
avait dans les doigts ».

[35
Voir Auerbach, op.cit..

[36
Susan Jeans, “The Pedal Clavichord and other Practise
Instruments of organists”, dans Proceedings of the Musical
Association,
1950-1951, et Joris Potvlieghe, “Het
PedaalKlavichord” dans Het Klavichord, Ninove (B),
avril 1989.

[37Paulus Paulirinus de Prague, vers 1460, cité par Jeans,
op.cit..

[38
Jacob Adlung, Musica Mechanica Organœdi,
1768, chap.26.
Réédition
Bärenreiter, 1961.

[39H.N. Gerber, autre élève de Bach, en avait également
un (cf. Jeans, op.cit.).

[40
Jacques Handschin, "Das Pedalklavier", dans
Zeitschrift für Musikwissenschaft, Leipzig, sept-oct
1935,et Forkel, op.cit..
On pense
bien sûr tout de suite aux Sonates en trio…

[41Hubert Henkel, Clavichorde, Musikinstrumenten-Museum,
Leipzig, Katalog, Band 4, 1981

[FONT SIZE=2Pour les Pays-Bas, voir Arend Jan Gervield, The
Harpsichord and Clavichord in the Dutch Republic
, VNM, Utrecht,
1981.

[42Heureuse époque, quand les instruments d’étude
n’étaient pas encore d’insipides ersatz sur
lesquels on prend de mauvaises habitudes !

[FONT SIZE=2Pierre Trichet, Traité des instruments de
musique
(vers 1640), réédition Minkoff, p. 178.

[FONT SIZE=2Francisco Correa de Arauxo (Facultad organica, 1626,
Réédition Kastner), demande cependant qu’on
adapte l’ornementation à l’instrument :
« Chaque fois que la main droite entre avec une voix
seule sur mi, on le fait avec le troisième doigt, avec
un quiebro à l’orgue ou redoble au
clavicorde (monachordio). Même chose à la main
gauche avec le deuxième doigt ».

[43
Voir Auerbach,, op.cit..

[44Ibid.

[45Cf. Jeans, op.cit..

[46En français dans le texte. Voir Auerbach,,
op.cit.
.

[47Ibid.

[FONT SIZE=2K179, octobre 1777, cf. Richard Maudner, "Mozart’s
keyboard instruments
", dans Early Music, mai 1992.

[48K281 et K284, novembre 1777, chez Beecke à Mannheim, cf.
Ibid.

[49Ibid.

[50C.P.E. Bach, op.cit.  ; Quantz également l’inclut
parmi les instruments de continuo (op.cit. p. 235)

[51Voir Auerbach, op.cit..

[52Une charmante aquarelle allemande du milieu du XVIIIe siècle,
représentant une flûte traversière accompagnée
au clavicorde, est publiée dans Le grand livre du piano,
éd. Van de Velde.

[53Salzbourg et Budapest.

[54Paris-La Villette.

[55Paris-La Villette.

[56Edwin M. Ripin, article “Clavichord”, The New Grove
Dictionnary.

[57Au moment où l’étendue du clavier s’affranchit
des limites de celui de l’orgue.

[58Le clavicorde lui-même ne sera pas épargné par
cette fièvre de ‘‘perfectionnements’’,
cf Adlung, op.cit..

[59Cité
par Ripin, op.cit..

[60Dont certaines des Probestücke, ne demandent qu’un
clavier de quatre octaves C-c’’’, probablement
lié.

[611772 et 1774, voir Russel, op.cit., p. 25.

[62Voir Auerbach,, op.cit..

[63Éditée par Vincent d’Indy chez Rouard-Lerolle,
1914.

[64Établi tout de même avec l’aide de C.P.E. Bach.

[65Voir plus haut ce qui concerne Walther, son cousin, ainsi que Kittel
et Gerber, deux de ses élèves.

[66À rapprocher du texte de Mattheson cité plus haut.

[67« Si on joue (…) sur un clavecin à plus
d’un clavier, il faut rester sur le même lorsqu’on
rencontre des forte ou des piano sur des notes
isolées ; on n’en change que pour distinguer des
passages entiers par un piano ou un forte. Cet
embarras n’existe plus sur le clavicorde, où l’on
peut exprimer des piano ou des forte de toutes sortes
avec une netteté et une pureté que peu d’autres
instruments permettent » (C.P.E . Bach, op.cit.).



Accueil haut de page
Clavecin en France -
http://www.clavecin-en-france.org/spip.php?article0

Association Clavecin en France - 13 rue Titon
75011 Paris

E-mail : contact clavecin-en-france.org

Webmaster : webmaster clavecin-en-france.org

publié le lundi 25 septembre 2017

Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette