Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 23-03-2007 23:19:56

xavier
Membre

Dépoussiérage de la table d'harmonie

Parmi le ou les facteurs de renomé qui ont l'habitude de féquenter ce site et de prendre part à certaines des discussions qui se tiennent sur le forum, un ou plusieurs d'entre eux aurait-il l'amabilité de m'éclairer sur la meilleure façon qu'il y a, selon lui, de dépoussiérer une table d'harmonie ?

La technique qui consite d'abord à "décoller" la poussière de la table grace à pinceau puis, dans un deuxième temps, à aspirer la poussière en plaçant l'extrémité du tube aspirant juste au dessus des cordes (à quelques centimètres donc au dessus de la table d'harmonie) est-elle efficace et recommandée ?

Lorsque l'on habite, comme moi, en ville dans une atmosphère polluée et que le couvercle reste ouvert en permanence (pour faire apparaitre le décor qui se trouve à l'intérieur), la poussière se dépose à très grande vitesse et, si l'on ne fait rien, elle s'accumule sur une certaine épaisseur au bout de quelques mois ... Il est donc nécessaire d'avoir une technique de dépoussiérage régulier qui soit efficace et qui n'abime pas l'instrument.

Sauriez-vous, par exemple, comment procèdent les musées en la matière?

Merci d'avance pour vos conseils éclairés sur ce sujet peu philosophique, certes, mais qui concerne néanmoins le plus grand nombre !

Dernière modification par xavier (26-03-2007 00:12:53)

Hors ligne

#2 25-03-2007 16:02:25

Alain Anselm
Membre

Re : Dépoussiérage de la table d'harmonie

Bonjour,
Étant un des rares facteurs à intervenir de temps à autre sur ce forum, je vais me permettre de me considérer dans les  sus-nommés, et essayer d'apporter quelques éléments de réponse à votre question.
Effectivement, les clavecins n'échappent pas aux problèmes ménagers. Cependant ceux-ci doivent être considérés différemment selon que l'instrument est neuf (avec table décorée ou non), ou s'il s'agit d'un clavecin ancien.
Pour ce qui concerne les clavecins neufs, à fortiori sans décor sur la table d'harmonie, la technique du pinceau et de l'aspirateur que vous décrivez est parfaitement efficace, à condition de choisir un pinceau à poils longs et souples, et de prendre soin de mettre une garniture de protection souple (adhésif de type Micropore, drap, tissu …) sur la bague métallique afin qu'elle ne puisse blesser ni les cordes ni aucune partie de l'instrument.
Si la table possède un décor peint, un plumeau (à plumes douces) remplacera avantageusement le pinceau, et une « soufflette à main » combinée à l'usage d'un aspirateur sera préférable encore. La soufflette ne décolle pas la poussière incrustée, mais déplace seulement la poussière déposée, d'où la nécessité d'avoir recours à l'aspirateur de manière concomitante (c'est à l'évidence plus aisé à deux).
N'utilisez jamais de produits, ni eau, ni solvants d'aucune sorte, pas plus que de matières abrasives. Si votre table comporte des taches ou des traces de moisissures d'origines indéterminées, consultez votre facteur avant de risquer de faire pire encore.
Enfin la prévention est toujours préférable, donc ne laissez pas la poussière s'accumuler ou s'incruster, elle n'en serait que plus difficile à chasser, un passage régulier de la soufflette ou du plumeau, et de l'aspirateur est largement suffisant. Si votre table possède un décor, veillez attentivement à ne pas laisser la poussière s'incruster. Mais comme pour jouer du clavecin, ayez toujours la main souple et légère.
Je comprends le plaisir que l'on peut avoir à contempler le décor d'un couvercle, mais si l'instrument est fermé lorsqu'il ne sert pas il s'empoussièrera d'autant moins, c'est un choix qui peut, je l'imagine, devenir cruel…
Pour ce qui est des instruments anciens, n'y touchez pas vous même , les spécialistes, facteurs et restaurateurs sont là pour cela, et ce sont ces derniers qui officient dans les musées.
Enfin il ne faut pas confondre les opérations de «dépoussiérage» dont il vient d'être question, et les opérations de « décrassage » que l'on rencontre sur nombre  d'instruments anciens. Ces dernières appartiennent déjà au registre de la restauration, et relèvent uniquement des spécialistes, et même dans ce cas on doit veiller à ce qu'ils n'en fassent pas trop, l'irréversible arrive toujours très vite. 
Philosophiquement,

Alain Anselm

Hors ligne

Pied de page des forums