Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 21-06-2006 13:07:30

Nemossos
Membre

A propos du facteur Ammer

Bonjour,

D'après mes informations, Ammer est un atelier de facture allemand ayant commencé sa production dans les années 1930, et aujourd'hui représenté par son héritier Jürgen Ammer. Au départ avec des clavecins modernes, puis vers des modèles plus "authentiques" avec un son un peu dur, à l'allemande.

J'ai en vue un instrument de ce facteur, datant de 1980. Avez-vous une idée de leur qualité et des éléments particuliers à prendre en compte dans l'évaluation de l'état de l'instrument (que je n'ai pas encore vu ni touché) ?

Merci !
smile


Les talents ne se donnent point ; ils se perfectionnent seulement à force de les bien cultiver, mais la science s'acquiert et, qu'on ne se trompe pas, c'est à l'aide de cette science qu'on trouve les moyens de bien cultiver les talents. Rameau

Hors ligne

#2 23-07-2006 19:00:06

Nemossos
Membre

Re : A propos du facteur Ammer

Bien que le sujet ne semble avoir passionné personne, je vais me répondre à moi-même afin que celà puisse servir à d'autres big_smile


J'ai réussi à joindre Herr Jürgen Ammer en personne, qui a pris le temps de répondre à toutes mes questions.
Il faut dire aussi qu'entre temps j'ai fini par acheter la-dite épinette, qui a un son très rond et chaud assez particulier et qui m'a plu tout de suite.


AMMER.jpg


Ammer est un atelier de facture anciennement basé à Eisenberg en Türinge, qui a fabriqué beaucoup d'instruments de série, non seulement clavecins, épinettes et clavicordes, mais également des pianos.
L'atelier Ammer, qui fut parmi les "redécouvreurs" du clavecin au début du XXè siècle, a également été dans le "lot germanique" des bidouilleurs essayant de moderniser les instruments anciens avec des gadgets issus de la facture du piano, notamment les cadres en métal, les cordes ultra-tendues, les pédaliers, etc, ce qui lui a valu de fournir quasiment tous les orchestre nationaux des pays de l'Est après guerre.
En parallèle de ces "recherches" visant à améliorer les vieux instruments, Ammer a également lancé une gamme de copies d'instruments historiques, en s'autorisant toutefois certaines petites modifications.

L'épinette qui vient de rejoindre mon foyer appartient à ce lot de "Historische Tasteninstrumente", et est une copie de l'épinette conservée à la Bach Haus d'Eisenach, une épinette de J.A. Silbermann, faite à Strasbourg vers 1769.
Pour les caractéristiques techniques, il s'agit d'une épinette de 5 octaves (FF-ff''), 61 touches (ce qui inclue le fa dièse grave), non transpositrice, mesurant 198 cm de long x 90 cm de large. Les grandes particularités concernent les plectres, qui sont en cuir, et la présence de 3 jeux : 8 pieds, luth (par étouffoirs) et un jeu noté P (piano) qui décale le registre de façon à ce que les plectres pincent les cordes vers leur pointe (et donc à diminuer un peu le son).


roseammer.jpg


Pour la petite histoire, les ateliers Ammer sont restés dans la famille depuis leur création en 1929, d'abord avec Gebr Ammer, puis Mickael & Alois Ammer à partir de 1946 ;  à partir de 1972 la crise de la facture finit par pousser l'atelier vers les fusions par lesquelles tous les facteurs ont dû passer... jusqu'à l'arrêt de la production en 1992.
C'est Jürgen Ammer qui conservera l'héritage culturel familial en créant son propre atelier, uniquement tourné vers des instruments plutôt haut-de-gamme de facture traditionelle.
Son site :
http://www.ammer-cembalo.de/


Pour ouvrir le débat, quelqu'un parmi vous connaissait-il Ammer ?
Savez-vous comment on harmonise des plectres en cuir ?
Avez-vous déjà rencontré un jeu "Piano" comme celui que je vous ai décrit ?

Dernière modification par Nemossos (24-07-2006 14:24:07)


Les talents ne se donnent point ; ils se perfectionnent seulement à force de les bien cultiver, mais la science s'acquiert et, qu'on ne se trompe pas, c'est à l'aide de cette science qu'on trouve les moyens de bien cultiver les talents. Rameau

Hors ligne

#3 27-10-2006 08:44:12

Thomas Murach
Membre

Re : A propos du facteur Ammer

Aujourd'hui, je reponds un peu, voila, d'abord je vous félicite d'avoir bravé la pensée unique et d'avoir choisi un instrument plus moderne que historique. Sans transpositeur!
Le jeu 'Piano' était utilisé par les facteurs anglais de maisons Kirckmann, puis Broadwood, sous l'appelation de half-hitch; demi croche (crochet, pas la note de musique). Même principe; retirer un peu le bec. Ceci est bien plus facile avec un plectre en cuir, qu'avec les plectres en corbeau des ces instruments anciens. Toutes ces deux maisons sont devenus facteur de pianos au fils de temps.
Il me semble que vous avez ecrit un note sur le ravivement des plectres en cuir au dessus, c'est trés bien. Pour des plectres plus neuf, le tailler avec un scalpel au lame neuf, pas trop affiner le base, le dessous doit rester épais, et le point terminera à un angle assez abrupt, 30 degrées environ. On peut couper un tout petit peu la largeur. L'avantage des plectres en cuir (toute discussion du son apart) est-ce qu'ils dure pour trés longtemps; ils s'affaiblis, mais ne se casse presque jamais. C'est pour cette raison il y a encore des milliers des sperrhakes, neuperts et al encore en 'état de jeu' partout, et a vendre! Ce becs pourront être remplacé avec des becs neuf, j'ai en stock si ça vous interesse.
Pour pinailler, je ne considere pas que votre instrument à trois jeu, je dirai qu'il à un jeu de huit et deux effets. Un jeu, selon le tradition, est un rangée de sauteraux , normalément avec ses cordes. Le veritable jeu de luth était un rangée de sautereux prés du chévalet, en cuir douce, le fameuse bouffle des grands clavecins francaise, que le cuir moderne, assez dur, n'est reproduit pas. Discussions SVP. Assez grinchez; je vous souhaite enormément de plaisir, et toutes les émotions, que cela soit dit aussi.

Hors ligne

Pied de page des forums