Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 15-05-2006 18:07:54

Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

Le lundi je n'ai pas de cours,  donc j'en profite pour faire toutes les courses en retard....je pars donc en voiture vers le super-marché et je branche la radio....des valses jouées par un jeune pianiste en vogue (que je ne nomme pas par politesse)lors d'un concert au théatre des champs elysées, intéressant, vivant,en finesse, j'écoute avec intérêt.
   En ressortant du magasin, je retombe sur ces valses mais le ne les reconnais pas....je me dis pourtant que je connais ce thème, mais ce n'est plus une valse...c'est un style indéfinissable....une espèce de soupe romantico-barocco et le commentateur d'annoncer fièrement que c'était une transcription d'une sicilienne de Bach!!...euh, au fait, la sicilienne , ce n'est pas une danse au départ?
    Bon, je vais à la boulangerie et retombe , là, je reconnais, sur les sauvages de Rameau, faux accents, notes rajoutées (mais pas dans le style!)voire transformées, trilles outranciés....je suis morte de rire.une vraie sauvagerie!!
   Vite , la poste (désolée papillon, c'était fermé, tu devras encore lire un peu dans le cerveau d'yves), et je crois reconnaitre la sonate "au clair de lune" de Beethoven, mais pas avec les mêmes notes.....??????? ah (sauvée par le commentateur), c'était, encore annoncé comme un exploit, une transcription d'un andante de J.s Bach faite par le pianiste.....quelle transcription!décidément trés romantique ce sacré Bach!
   arrivée devant la banque, on annonce le tic-tac-choc de Couperin, j'attends par curiosité, oh le choc!!! re-faux accents (les levées portent bien mal leurs nom!!), et re-trilles du diable, et rubato et j'en passe.....là, c'est devenu insupportable, je coupe avant la fin;ça y est, je suis de mauvaise humeur pour le reste de l'aprés-midi, déja que les courses j'adore pas!!
   Et le public en folie, qui gobe tout et n'importe quoi! cinq bis, annonce le commentateur au bord de l'extase!
    J'ai été pianiste dans une autre vie, et j'adorais jouer Couperin, Bach , scarlatti et Rameau, il n'est pas question de le leur défendre, mais je travaillais ça avec Pierre Barbizet, qui avait d'ailleurs enregistré un disque "de Couperin à Ravel" avec un grand respect pour ces auteurs et un certaine recherche du style ! Si c'est pour les mettre à la sauce romantique, il y a assez de compositeurs dans cette période non????( je tiens une liste à votre disposition , messieurs et dames les pianistes).
   Comment ce jeune pianiste  a-t-il pu faire sa réputation sur de telles inépties? pourquoi ne s'en tient-il pas à Chopin, Schubert et Mozart (qu'il joue surement trés bien ), et quel est le rôle dans tout ça des critiques , des radios et autres ?? Le public lui, ne fait que suivre ce qu'on lui dit d'écouter.Je suis sûre qu'il y a plein de concerts à retransmettre qui sont bien plus intéressants ...et proches de la vérité.
   Bon, je vais me faire encore plein de copains avec ce billet  doux....mais tant pis, ça m'a fait du bien, je vais pouvoir passer à autre chose.

Hors ligne

#2 15-05-2006 21:23:33

Clément
Membre

Re : Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

Et oui c'est bien triste, je vois de qui vous parlez, mais je le garde pour moi !
D'ailleurs il jouait aux folles journées de Nantes en Février, je n'était pas allé voir mais j'avais entendu des gens à la sortie de son concert dire des choses du genre "il joue mieux Rameau que les clavecinistes" !!!! Je me suis retenu de répondre, mais ça choque un peu de voir tant de naïveté !

Hors ligne

#3 16-05-2006 17:14:24

Pancrace
Membre

Re : Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

Dans le style "re-découverte" inutile d'un répertoire, je vous conseille aussi un enregistrement des années 70 "Bach à la mood" de Walter Carlos au synthe. Je ne pense pas que ce soit re-sorti en CD.

Mais, il ne faut pas trop s'étonner. Le résultat des discussions avec quelques collègues pianistes amateurs au conservatoire -je ne parle pas du CNSM mais du conservatoire du coin- m'ont souvent interloqué quant à l'approche de la musique d'avant Beethoven par leurs professeurs.
On croyait attendre ma grand-mère qui parlait de musique "primitive"...

Hors ligne

#4 20-05-2006 14:59:05

Re : Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

La narration de Catherine Zimmer est très amusante, et voilà que ça me fait cogiter...

C'est intéressant de constater que le public peut être séduit par une interprétation fantaisiste car ça nous repose la question : "à quoi sert de jouer dans le style?"

Toutes nos recherches pour bien comprendre la partition, la pensée du compositeur, ce n'est que pour mieux réussir l'instant de communion avec le public.

Jouer dans le style, c'est le procédé le plus logique pour tenter de toucher les gens. On gagne en efficacité si les moyens mis en oeuvre par l'interprête sont en phase avec les moyens mis en oeuvre par le compositeur, c'est tout.

Si le souci du style est en somme celui de la réussite du contact avec le public, alors on peut dire que la démarche "musique ancienne" est une démarche d'"actualisation".

Et "actualiser" la rencontre entre un auteur et un public, c'est moins naïf que "moderniser" le texte de l'auteur.

Et je croyais faire l'avocat du diable mais finalement elle a bien raison, Catherine Zimmer.

Hors ligne

#5 31-05-2006 12:33:16

Pancrace
Membre

Re : Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

J'aime bien les images un peu outrée...

Pour faire du neuf avec du vieux, on peut prendre 2 exemples de l'architecture. Il y a la logique de "destruction", celle suivi par les anciens egyptiens qui mettaient a bas certains vieux temples pour ré-utiliser les pierres et en faire des neufs.
Il y a aussi la logique de "reconstruction" qui consiste a projeter sur les facades de cathédrales des diapos colorisées pour re-créer le décor pictural tel qu'il existait au moyen-âge.

La musique et l'opéra baroques font régulièrement les frais d'une logique de destruction qui peut plaire a un certain public. Ce public a souvent pourtant les moyens "d'investir" assez pour rentrer dans la reconstruction et tenter de comprendre ces codes. Alors pourquoi cela? Question plus sociologique que purement musicale...

Hors ligne

#6 01-06-2006 13:27:53

papillon
Membre

Re : Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

la réflexion de pancrace me rappelle une phrase que j'avais copiée dans ma (lointaine?) adolescence:
"l'homme qui n'éprouve pas le besoin de polir un vieux poème abandonné dans la désagrégation de son sens à demi-ruiné est le frère de celui qui refuse de mettre un nez nouveau à une statue antique qui aperdu le sien" c'est de Musil dans "l'homme sans qualités"
à actualiser de m.m. je préfère rendre vivant...oserais-je ressusciter? on a un texte , des notes et il faut faire de la musique  (c'est quoi ça? )
si je me passionne pour le chant des inouits , puis-je les chanter moi aussi ? dans quel contexte? un concert, une séance d'ethnomusicologie? construire un igloo au mont-blanc? est-ce que c'est par ce  que je me passionne que je peut faire participer un public?
est-ce qu'il y a quelque chose dans notre mémoire collective  (inconscient?) qui fait qu'on est sensible aux pyramides, à michel-ange et au clavecin? ou bien est-ce une éducation culturelle?
il y a des gens qui jouent dans le style et qui sont ennuyeux comme la pluie, des gens qui jouent à côté qui nous touchent, nous émeuvent, bref on aime...quand c'est les deux réunis c'est le pied...
j'avoue qu'en vieillissant (et en enseignant, mais c'est un autre sujet...) je ne crois plus qu'aux moments de gràce ou "ça"marche...reste à garder l'oreille attentive pour ne pas rater ces moments là...
mon plus gros problème pour parler de ces questions de style c'est que la plupart du temps j'aime mieux les gens que la musique....à part ces moments où une phrase de "musique" vous emmène dans un "ailleurs" ou les mots ne peuvent plus servir à rien....


Âme charnelle,cette basse continue en chacun
Lorsque le toucher de l'autre le fait
               vibrer, résonner
(François Cheng)

Hors ligne

#7 02-06-2006 15:01:17

Pancrace
Membre

Re : Un aprés-midi romantico-barocco sur France musique

Personnellement, je pensais plus à Bourdieu et à sa typologie de choix musicaux compte-tenu de la population.
Une certaine population va vers la "reconstruction". Comme elle est majoritairement présente -dont me pauvre persone- sur ce site, et qu'il est difficile de s'auto-classer, je ne me permettrais pas d'en donner les archétypes.
Par contre, y'a t-il un type "sociologique" d'amateur de destructeur de musique baroque? Je le pense sincèrement. Mais, la aussi, difficile d'aller plus loin sans potentiellement froisser en indiquant certaines revues dites "culturelles" ou autres considérations qui peuvent sombrer dans le politique et la vision de l'histoire... Donc, je m'arrête!

Hors ligne

Pied de page des forums